La grammaire anglaise est relativement simple dans le sens où certaines structures sont semblables aux autres langues européennes, cependant elle présente quelques particularités.
La troisième langue est le persan. Elle est une langue parlée en Iran (plus de 70 millions de locuteurs), en Afghanistan1 (16 million), au Tadjikistan, au Bahreïn (minorité persanophone) et en Ouzbékistan (minorité tadjik). Il a le statut de langue officielle dans les trois premiers pays cités.
C’est une langue du type ” sujet-objet-verbe ” .Les suffixes prédominent la morphologie du persan, bien qu’il y ait aussi un petit nombre de préfixes. Les verbes peuvent exprimer le temps et l’aspect, et ils s’accordent avec sujet en nombre. Il n’existe pas de genre pour les noms, ni pour les pronoms.
° Pourquoi la comparaison entre les verbes?
Il n’est pas moins vrais que l’approche grammaticale permet une réflexion sur des mécanismes de langue souvent mal perçus et donc imparfaitement produits comme il n’est pas possible la parfaite comparaison entre deux ou trois langues. Ce sujet est tellement vaste qu’une telle étude s’étend sur plusieurs années. On a donc choisi une partie de la langue qui est l’unité la plus importante d’une phrase ou la base de la proposition, qui n’est que le verbe. Comme George Duhamel a dit dans ” Discours aux nuages “:
” Le verbe est l’âme d’une langue. C’est, comme on l’a fort bien dit, le mot par excellence. “2
La grammaire comparative du français avec deux autres langues est à l’heure actuelle très peut nombreuse. Ce petit travail prétend répondre à un besoin. Il se consacre essentiellement aux questions les plus courantes pour les étudiants iraniens : le temps des verbes, surtout ses emplois.
Certes cette recherche ne prétend pas tout expliquer, mais elle devrait permettre, du moins nous l’espérons, de mieux comprendre les mécanismes qui régissent la langue.
On essaie, dans la mesure du possible, de faciliter l’enseignement de la grammaire aux étudiants qui ont une certaine connaissance de la langue anglaise ou française ou bien persane et désirent avoir une certaine information d’une ou deux autres langues sauf celle qu’ils connaissent bien.
Le processus d’acquisition d’une langue étrangère est toujours accompagné de nombreuses fautes que commettent les apprenants à chaque niveau de leur apprentissage.
Le domaine des fautes dans une langue étrangère est très vaste, et parmi elles, l’importance des fautes grammaticales est remarquable; surtout les fautes de l’emploi des temps.
Chaque langue présente une certaine différence par rapport à une autre. N’importe quel apprenant peut nous dire que la langue qu’il est en train d’apprendre est différente de sa langue maternelle.
A ce propos, si un étudiant pose des questions grammaticales, le professeur qui a une bonne connaissance de la langue maternelle de l’étudiant peut bien répondre à ses questions.
Par exemple, quand le professeur enseigne le temps ” présent ” de la langue française aux étudiants iraniens, ceux-ci le comparent tout de suit avec ” ãÖÇÑڝÇÎÈÇÑí ” de la langue persane. De même pour les étudiants français, trouver un bon équivalent pour le temps ” future continuous ” de la langue anglaise est difficile. Le professeur, qui connaît ces langues, peut bien orienter les étudiants et les aider à trouver un bon équivalent.
Pour ne pas se lancer dans un travail très vaste qui peut s’étendre sur un an ou plus, nous avons choisi seulement le passé composé et l’imparfait.
Comme ce travail s’est basé sur la méthode comparative entre ces trois langues, nous avons divisé chaque partie en quatre chapitres: français, anglais, persan et les différences et les ressemblances entre ces trois langues.
Passé Composé
Passé composé en français
A l’origine, le passé composé marque une action passée dont les résultats durent encore. On considère l’action achevée comme reliée au présent. Il peut s’employer dans une phrase où la période de temps est complètement écoulée ou non. C’est essentiellement le temps de la conversation.
Ex :
Cette année, je suis allé en vacances aux Etats-Unis.
L’an dernier, je suis allé en vacances aux Etats-Unis.
Passé composé indique une action plus ou moins courte, précisée ou pouvant être précisée dans le temps passé :
Ex :
Ils sont arrivés à 8 heures.
J’ai travaillé pendant deux heures.
Elle est née en juin.
Le passé composé offre une vision rétrospective des phénomènes par rapport au point de référence choisi. La notion de vision rétrospective ne suppose pas nécessairement celle d’achèvement. Tout dépend de la signification du verbe, des structures phrastiques et du contexte global.
En outre, il convient de rappeler qu’on trouve deux “passé composé” dans le système grammatical français. La situation se complique. Il faut alors distinguer le passé composé d’aspect accompli et celui d’aspect global qui est commutable avec un passé simple.
Ex :
J’ai déjà fini.
J’ai maintenant fini.
J’ai bientôt fini.
Formation du Passé Composé
A) Comme son nom l’indique, le passé composé est un temps composé, c’est-à-dire qu’il est formé de plusieurs éléments :
Sujet+auxiliaire “avoir” ou “être”+participe passé
C’est une tradition de diviser les verbes en quatre classes ou conjugaisons, d’après les terminaisons -er, -ir, -oir, -re, de l’infinitif présent.
Les verbes en -er constituent la vrai conjugaison régulière en français ; ce sont beaucoup plus nombreux : on en compte plus de 11,0003, c’est-à-dire à peu près les neuf dixièmes des verbes que possède le français.
Les verbes en -ir dont le participe présent est -issant ne dépassent guère le nombre de 300.
Le reste comprend : une trentaine de verbes en -ir dont le participe présent n’est pas en -issant __ une trentaine en -oir__ et une centaine en -re.
Les verbes de création nouvelle sont formés sur la conjugaison en -er : téléphoner, radiographier, etc. rarement sur la conjugaison en -ir (-issant) : amerrir, alunir ; c’est pourquoi, ces deux conjugaisons sont dites vivantes.
Quant à la conjugaison en -ir, en -oir ou en -re, non seulement elle ne s’enrichit plus d`aucun verbe nouveau, mais elle s’appauvrit peu à peu ; c’est pourquoi elle est appelée conjugaison morte.
Exemple de conjugaison de Passé composé :
VoyagerSujetauxiliaire “avoir” ou “être”Participe passéPassé Composé1ère personne du singulierJeaivoyagéJ’ai voyagé2ème personne du singulierTuasvoyagéTu as voyagé3ème personne du singulierIl/ElleavoyagéIl/Elle a voyagé1ère personne du plurielNousavonsvoyagéNous avons voyagé2ème personne du plurielVousavezvoyagéVous avez voyagé3ème personne du plurielIls/EllesontvoyagéIls/Elles ont voyagé
AttendreSujetauxiliaire “avoir” ou “être”Participe passéPassé Composé1ère personne du singulierJeaiattenduJ’ai attendu2ème personne du singulierTuasattenduTu as attendu3ème personne du singulierIl/ElleaattenduIl/Elle a attendu1ère personne du plurielNousavonsattenduNous avons attendu2ème personne du plurielVousavezattenduVous avez attendu3ème personne du plurielIls/EllesontattenduIls/Elles ont attendu
PartirSujetauxiliaire “avoir” ou “être”Participe passéPassé Composé1ère personne du singulierJesuisparti(e)Je suis parti(e)2ème personne du singulierTuesparti(e)Tu es parti(e)3ème personne du singulierIl/Elleestparti(e)Il est parti
Elle est partie1ère personne du plurielNoussommesparti(e)(s)Nous sommes parti(e)(s)2ème personne du plurielVousêtesparti(e)(s)Vous êtes parti(e)(s)3ème personne du plurielIls/Ellessontparti(e)(s)Ils sont partis
Elles sont parties
Les verbes pronominaux prennent toujours, aux temps composés, l’auxiliaire : être.
Se doucherSujetComplément objetAux. êtreP.P.Passé Composé1ère personne du singulierJemesuisdouché(e)Je me suis douché(e)2ème personne du singulierTuteesdouché(e)Tu t’es douché(e)3ème personne du singulierIl/Elleseestdouché(e)Il s’est douché
Elle s’est douchée1ère personne du plurielNousnoussommesdouché(e)(s)Nous sommes douché(e)(s)2ème personne du plurielVousvousêtesdouché(e)(s)Vous êtes douché(e)(s)3ème personne du plurielIls/Ellessesontdouché(e)sIls se sont douchés
Elles se sont douchéesAux. = Auxiliaire
B) Quand il se forme avec l’auxiliaire “être”, le participe s’accorde en genre et en nombre avec le sujet, comme adjectif, selon les règles élémentaires suivantes :
Marque du féminin+e
Marque du pluriel+s
Ex :
Ma femme est partie.
Les enfants se sont couchés.
Nos amies sont arrivées.
C) Avec l’auxiliaire “avoir”, le participe passé est invariable, excepté si le complément d’objet direct est placé devant le verbe :
Exemples :
Vous avez vu vos amis ?Oui, je les ai vus hier.
Il a achetés ces fleurs ?Oui, ce sont les fleurs qu’il a achetées pour ma fête.
D) La Formation du participe passé dépend du verbe :
Participe passé à formation régulière :
1. -er comme ” parler “: parléparticipe passé terminé en – é
2. -ir -iss comme ” finir “: finiparticipe passé terminé en – i
3. -aître comme ” connaître “:connuparticipe passé terminé en – u
4. -uire comme ” construire “: construitparticipe passé terminé en – uit
5. -evoir comme ” recevoir “: reçuparticipe passé terminé en – u

Verbes irréguliers :
1. avoir: eu
2. être: été
3. faire: fait
4. devoir : dû
5. naître : né
6. vivre : vécu
Le participe passé se termine par é, i , u, t ou s, mais jamais par ut !
Auxiliaire “être” ou “avoir” ?
A. Sont conjugués au passé composé avec l’auxiliaire ” ETRE “
1) Tous les verbes pronominaux :
Ex :
Elle s’est endormie.
Vous vous êtes amusé ?
Annie, tu t’es trompée !
Il s’est excusé.
Ils se sont aimés.
Elle s’est renseignée.
2) Les verbes suivants quand ils sont utilisés de manière absolue (sans complément d’objet).
* Devenir
* Rester
* Monter
* Retourner
* Sortir
* Venir (et ses composés)
* Aller
* Naître
* Descendre
* Entrer
* Rentrer
* Tomber
* Arriver
* Mourir
* Partir
* Passer
D’une manière, on peut retenir les valeurs correspondant aux actions susceptibles de se produire dans une maison (mais si ce truc aide la mémoire, il ne marche pas dans tous les cas). Cela donne :
* Aller, venir, revenir
* Arriver, partir, repartir, retourner
* Entrer, rentrer, sortir, ressortir
* Monter, remonter, descendre, redescendre
* Passer, repasser, rester
* Naître, devenir, mourir
* Tomber, parvenir, intervenir
Exemple :
Elle est restée ici.
Ils sont partis à 8 h.
Vous êtes né où ?
Ils sont arrivés quand ?
Je suis née le 30 avril.
Il est monté se reposer.
Ils sont descendus dîner.
Elle est passée hier.
Tu es sorti hier soir ?
Ils sont retournés à Paris.
B. Sont conjugués au passé composé avec l’auxiliaire ” AVOIR ” :
1) Quand ils sont transitifs, c’est-à-dire suivis d’un complément d’objet direct, les verbes :
monter, descendre, sortir, passer, rentrer et retourner.
Ex :
Il a monté sa valise.
Ils ont descendu la poubelle.
J’ai rentré la voiture dans le garage.
Elle a passé un bon week-end
Tu as sorti le chien ?
Ils ont retourné leurs cartes.
2) Tous les autres verbes à part ceux cités en A.
Exemple :
Vous avez compris ?
J’ai fini !
Il a bien mangé.
Nous avons lu tout le livre.
Ils ont beaucoup voyagé.
Elle a dansé toute la nuit.
Quand y a-t-il accord du participe passé ?
1. Il y a accord du participe passé avec le sujet du verbe quand l’auxiliaire du verbe est “être”.
Ex :
Elle est partie.
Nous sommes descendus.
Ils sont montés.
Vous (Madame le professeure) vous êtes promenée.
Tu (Isabelle) t’es interrogée sur cette question.
[Des cas plus compliqués existent avec les verbes pronominaux]
2. Le participe passé conjugué avec “avoir” s’accorde en genre et en nombre avec son complément d’objet direct s’il en est précédé ; il reste invariable s’il en est suivi ou s’il n’a pas de complément d’objet direct :
Ex :
Les efforts que nous avons faits ont été stériles.
Toutes ces misères, je les avais prévues.
Remarques :
1° Dans les temps surcomposés, le dernier participe seul peut varier :
Ex :
Ils sont partis dès que je les ai eu avertis.
2° La règle d’accord du participe passé conjugué avec “avoir” reste applicable lorsque le complément d’objet direct a un attribut :
Ex :
– Certains poètes que leurs contemporains avaient crus grands sont aujourd’hui tombés dans l’oubli.
– Ces fleurs, je les ai trouvées charmantes.
3. Attendu, non compris, y compris, entendu, excepté, ôté, ouï, passé, supposé, vu, placé devant le nom ou le pronom, s’emploient comme prépositions et restent invariables :
Ex :
Tout a été détruit, excepté cette maison.
4. Quand ces participes sont placé après le nom ou le pronom, ou qu’ils ne le précèdent que par inversion, ils varient :
Ex :
Tout a été détruit, cette maison exceptée.
Exceptée de la destruction générale, cette maison reste debout.
Remarque :
Etant donné, devant le nom, peut rester inavariable ou s’accorder avec ce nom :
Ex :
– Etant donné sa stupidité, on ne pouvait attendre autre chose de lui.
– Etant données les circonstances, sa conversation pourra être instructive. (R. Martin du Gard)4
5. Des verbes intransitifs :
A) Des verbes intransitifs comme coûter, valoir, peser, mesurer, marcher, courir, vivre, dormir, régner, etc. peuvent être accompagnés d’un complément d’objet direct ; le participe passé de ces verbes reste invariable :
Ex :
– Les trois mille francs que ce meuble m’a coûté.
– Ce cheval ne vaut plus la somme qu’il a valu.
– Les vingt minutes que j’ai marché, couru.
– Les vingt ans qu’il a vécu, régné.
B) Certains verbes intransitifs peuvent devenir transitifs : leur participe passé est alors variable. Tels sont notamment :
Coûter au sens de : creuser, occasionner ;
Valoir au sens de : procurer ;
Peser au sens de : constater le poids ; examiner ;
Courir au sens de : poursuivre en courant ; s’exposer à ; parcourir, etc.
Ex :
– Les efforts que ce travail m’a coûtés.
– La gloire que cette action lui a value.
– Les paquets que j’ai pesés.
– Les dangers que nous avons courus.
6. Participe passé des verbes impersonnels :
Le participe passé des verbes impersonnels ou pris impersonnellement est toujours invariable :
Ex :
Les sommes qu’il a fallu ont paru énormes.
Les chaleurs qu’il a fait ont été torrides.
Les inondations qu’il y a eu, ont causé bien des dégâts.
7. Dit, dû, cru, su, pu, etc.
Les participes Dit, dû, cru, su, pu, voulu, et autres semblables restent invariables lorsqu’ils ont pour complément d’objet direct un infinitif ou une proposition à sous-entendu après eux :
Ex :
J’ai fait tous les efforts que j’ai pu.
Il m’a donné tous les renseignements qu’il avait dit.
[Sous-entendu : qu’il me donnerait]
Remarque :
Le participe passé précédé du pronom relatif que est invariable lorsque ce pronom est complément d’objet direct d’un verbe placé après le participe ; dans ce cas, le participe a pour complément le proposition qui vient après lui.
Ex :
C’est une faveur qu’il a espéré qu’on lui accorderait.
Semblablement le participe reste invariable quand il est précédé du relatif que et suivi d’une relative introduite par qui.
Ex :
Nous subissons les malheurs qu’on avait prévu qui arriveraient.
8. Participe passé précédé du pronom l’
Le participe passé est invariable lorsqu’il a pour complément d’objet direct, le pronom neutre l’ représentant une proposition et signifiant cela :
Ex :
Cette étude est moins difficile que je ne l’avais estimé.
[= que je n’avais estimé cela, c’est-à-dire qu’elle était difficile.]
9. Participe passé précédé d’un collectif ou d’un adverbe de quantité :
a) Lorsque le participe passé est précédé d’un complément d’objet direct renvoyant à un collectif suivi de son complément, selon le sens.
b) Lorsque le complément d’objet direct précédant le participe est un adverbe de quantité suivi de son complément, c’est celui-ci qui commande l’accord.
10. Participe passé suivi d’un infinitif :
a) Le participe passé conjugué avec avoir et suivi d’un infinitif s’accorde avec le complément d’objet direct qui précède lorsuque ce complément se rapporte au participe :
Ex :
Les violonistes que j’ai entendus jouer étaient habiles.
(J’ai entendu qui ? -que, c’est-à-dire les violonistes, qui jouaient)
b) Mais le participe reste invariable si le complément d’objet direct se rapporte à l’infinitif :
Ex :
Les airs que j’ai entendu jouer étaient charmants.
(J’ai entendu quoi ? -jouer que, c’est-à-dire jouer les airs)
Moyens pratiques :
1) Intercaler le complément d’objet direct (ou le nom qu’il représente) entre le participe et l’infinitif, puis tourner l’infinitif par le participe présent, ou par une proposition relative à l’imparfait, ou encore par l’expression en train de : si la phrase garde son sens, faire l’accorde :
Ex :
Je les ai vus sortir : j’ai vu eux sortir,…qui sortaient,…en train de sortir.
2) Quand l’être ou l’objet désigné par le complément d’objet direct fait l’action exprimée par l’infinitif, le participe s’accorde.
3) Si l’infinitif est suivi ou peut être suivi d’un complément d’agent introduit par la préposition par, le participe est invariable :
Ex :
Ces arbres, que j’avais vus grandir, je les ai vu abattre (par le bûcheron)
Remarques :
1° Le participe fait suivi d’un infinitif est invariable :
Ex :
Ces personnes, je les ai fait venir.
2° Eu et donné suivis d’un infinitif introduit par à peuvent, dans la plupart des cas, s’accorder ou rester invariables, parce qu’il est indifférent de faire rapporter le complément d’objet direct au participe ou à l’infinitif.
Ex :
Les affronts qu’il a eu(s) à subir (il a eu des affronts à subir, ou : il a eu à subir des affronts)
Les problèmes qu’on m’a donné(s) à résoudre.
En résumé
Verbes actifs avec avoirPrésent du verbe avoir+ participe passé du verbe conjugué J’ aibu Tu asmangé Il adit Elle afait Nous avonsentendu Vous avezsu ils ontvoulu Elles ontécritVerbes actifs avec être Présent du verbe être+ participe passé du verbe conjugué Je suisallé Tu esvenu Il estdescendu Elle estpartie Nous sommesmontés Vous êtestombés Ils sontmorts Elles sontentréesVerbes pronominaux (toujours avec être) Présent du verbe être+ participe passé du verbe conjugué Jemesuisrasé TuT’esfait mal Ils’estlavé Elles’estlavée Nousnoussommesdit bonjour vousvousêtescoiffés Ilssesontbaignés Ellessesontserré la main
Emploi du “Passé Composé”
A) Emploi général :
Le passé composé exprime un fait passé, achevé au moment où l’on parle, et que l’on considère comme relié au présent (parfois le fait a eu lieu dans une période non encore entièrement écoulée, parfois il a une suite ou des résultats dans le présent).
Cela se comprend mieux si l’on considère qu’une phrase comme “j’ai lu un livre” avait originairement la valeur de “j’ai [maintenant] un livre lu”, ” je suis [maintenant] dans la situation d’avoir lu un livre “.
B) Emplois particuliers :
1° Une vérité générale : Il est alors accompagné d’un complément de temps :
Ex :
Attention ! On a vite fait une erreur.
2° Un fait répété ou habituel :
EX :
Quand il a bien travaillé, on le félicite.
3° Avec la valeur du futur antérieur, un fait non encore accompli, mais présenté comme s’il l’était déjà :
Ex :
J’ai fini dans dix minutes.
4° Avec la valeur du futur antérieur, un fait à venir, après si marquant l’hypothèse :
Ex :
Si, dans deux heures, le fièvre a monté, vous me rappellerez.
5° Il s’emploie dans un contexte passé pour exprimer :
– Une succession d’évènement :
Ex :

در این سایت فقط تکه هایی از این مطلب با شماره بندی انتهای صفحه درج می شود که ممکن است هنگام انتقال از فایل ورد به داخل سایت کلمات به هم بریزد یا شکل ها درج نشود

شما می توانید تکه های دیگری از این مطلب را با جستجو در همین سایت بخوانید

ولی برای دانلود فایل اصلی با فرمت ورد حاوی تمامی قسمت ها با منابع کامل

اینجا کلیک کنید

Je suis allé avec les enfants à la plage ; ils ont joué au ballon et ont construit un château de sable, puis ils se sont baignés.
– Une durée limitée :
Ex :
Elle a fait son choix en dix minutes.
Mon père a longtemps travaillé comme médecin militaire.
6° Il s’emploi en relation avec un présent pour exprimer l’antériorité :
Ex :
– Quand on a perdu sa carte bancaire, il faut tout de suite le signaler à la banque.
– Ils ont acheté une grande maison : ils ont encore beaucoup de travaux à y faire.
“Passé Composé” en anglais : Present perfect
En anglais, ce temps est utilisé pour situer des événements du passé, ou les conséquences d’événements du passé, dans un cadre temporel considéré par rapport à la situation présente (c’est tout le sens de l’expression “present perfect”)
Ex:
1) I have ordered a new refrigerator, darling!
(Le locuteur est en train de dire “J’ai commandé un nouveau frigo, donc le processus de changement de notre frigo est actuellement en cours, chéri”).
2) I’ve eaten too much!
(Le locuteur est en train de dire “Je ne me sens pas très bien en ce moment; j’ai mal à l’estomac et c’est parce que j’ai trop mangé!).
3) Liverpool has won the Cup.
(Le locuteur est en train de dire ” Le club de Liverpool5 est actuellement champion d’Angleterre”).
“Present Perfect”
Formation de “Present Perfect”
Le present perfect se forme comme le passé composé en français. Le present perfect est formé de l’auxiliaire have au présent suivi du participe passé du verbe conjugué.
Sujet+have/has + participe passé
Ex:
Paul has broken the vase.
= Paul a cassé le vase.
Have you seen Clint Eastwood’s latest movie?
= As-tu vu le dernier film de Clint Eastwood ?
A l’oral, aux formes négative et interrogative have est souvent contracté.
No. I think I’ve never seen any of his films.
= Non, je crois que je n’ai jamais vu aucun de ses films.
Look ! I’ve already written three pages for my essay.
= Admire ! J’ai déjà écrit trois pages pour ma dissertation.
Dans les énoncés précédents, le present perfect correspond au passé composé français, mais ce n’est pas toujours le cas.
Mais attention : le passé composé français se forme tantôt avec l’auxiliaire “avoir”, tantôt avec l’auxiliaire “être”. Le present perfect ne se forme qu’avec have. On utilise toujours “to have” pour former le present perfect.

Ex:
I’ve worked a lot today.
= J’ai beaucoup travaillé aujourd’hui.
We’ve been to the beach several times already.
= Nous sommes déjà allés plusieurs fois à la plage.
Tableau de conjugaison :
LIKESujetPronomHave/HasP.PPresent Perfectfrançais1ère personne du singulierIhavelikedI have likedJ’ai aimé2ème personne du singulierYouhavelikedYou have likedTu as aimé3ème personne du singulierShe/HehaslikedShe/He has likedElle/Il a aimé1ère personne du plurielWehavelikedWe has likedNous avons aimé2ème personne du plurielYouhavelikedYou have likedVous avez aimé3ème personne du plurielTheyhavelikedThey have likedElles/Ils ont aimé
Emploi de “Present Perfect”
On emploie la forme simple du Present Perfect :
* Lorsqu’il s’agit d’un résultat ou d’une action terminée :
Ex :
Look! I’ve bought a new car. / I’ve read Pickwick Papers6).

Dans le premier cas, il y a un résultat que l’on peut constater, à savoir la voiture neuve; dans le deuxième cas, il s’agit de quelque chose qui est terminé – j’ai lu Pickwick Papers de bout en bout
En général, on emploie le Present Perfect pour parler d’un lien entre le passé et le présent:
* s’il s’agit du résultat présent d’une action dans le passé
Ex:
Look! I’ve bought a new car
= Regardez! Je viens d’acheter une voiture neuve
[La voiture est le résultat visible de ce que je viens de faire]
* S’il s’agit d’une action accomplie
Ex :
I’ve read Pickwick Papers
= J’ai lu Pickwick Papers (le roman de Dickens)
[Je ne précise pas quand, sinon je dois employer le prétérit]
* S’il s’agit d’une action accomplie dans une période qui n’est pas encore terminée
Ex :
I’ve been to the doctor’s this morning
= Je suis allé chez le médecin ce matin
[Si je parle de cela pendant l’après-midi, je dois employer le prétérit parce que la période dont je parle (le matin) est terminée]
* s’il s’agit d’une action qui continue depuis un moment du passé jusqu’au moment où je parle
Ex :
I have been playing tennis since I was 7 years old.
= Je joue au tennis depuis l’âge de 7 ans.
o Notez que depuis se traduit en anglais par since s’il est suivi par un complément de date ou d’heure (Ex. hier, le 2 février, 10h00, le 12ème siècle), et par for s’il est suivi par un complément de durée (Ex. deux heures, longtemps).
* S’il s’agit d’une action récente qui peut être considérée dans le moment présent comme une information
Ex :
The Prime Minister has met the President
= Le Premier ministre vient de rencontrer le Président
[Il s’agit d’un événement récent qui est une information au moment où j’en parle]
ãÇÖí äÞáí en persan
Le passé persan est connu sous l’étiquette ãÇÖí, terme emprunté à l’arabe, qu’on traduit d’ordinaire par passé.
Passé composé en persan, pas plus que le passé composé français, ne mérite son étiquette que G.Lazard a eu raison d’appeler parfait.
On a vu que le passé simple se confondait à l’oral avec le passé composé, lequel n’a pas sa simplicité morphologique. La longueur vocalique n’est pas un critère sûr. Le -a et le -i ne sont pas très perceptibles à l’oreille.
Ex :
Persan : ÑÖÇ ÎæÑÏí¿ Reza xord-i ?
Français: Reza, tu mangeas ?
Persan : ¿ ÑÖÇ ÎæÑÏå Çí Reza xord-e-i ?
Français : Reza, tu as mangé ?
Le -e final du participe passé ne se conserve tel quel qu’au délocutif singulier, et ceci dans tous les cas, y compris lorsque l’auxiliaire ÇÓÊ : “est” se trouve effacé, ce qui est extrêmement fréquent. Dans ce cas, l’opposition aoriste (passé simple)/parfait (passé composé) est de type privatif : présence d’une finale -e au parfait, absence de cette finale vocalique à l’aoriste.
Ex :
Persan : ÑÖÇ ÎæÑÏå ÇÓÊ¿ Reza xord-e ast ?
Français : Reza a mangé ?
Avec une opposition privative, on est dans la dichotomie la plus claire (absence/présence), alors qu’avec une opposition de longueur, on est dans le continuum, avec toutes les erreurs d’appréciation que cela peut comporter.
ãÇÖí äÞáí
Foramtion de ãÇÖí äÞáí
Le parfait est formé du participe passé suivi des formes enclitiques du verbe “être” :
Participe passé +désinences personnelles
Les désinences personnelles sont les suivantes :
Singulier :
1. -am- Çóã
2. -i- Çí
3. -ast- ÇÓÊ
Pluriel :
1. -im- Çíã
2. -id (-in)- ÇíÏ
3. -and (-an)- ÇäÏ
A la troisième personne singulier et 3ème pluriel, dans l’usage familier, les désinences -ast, -and se réduisent phonétiquement à -as, -an. A la 2ème pluriel, le persan parlé de Téhéran connaît une désinence -in, très usitée.
ÎæÑÏäSUJETPassé composé :
Parfait
ãÇÖí äÞáíDésinence
ÔäÇÓåParticipe passé
ÕÝÊ ãÝÚæáíÔÎÕ1ère personne du singulierJ’ai acheté- ÇóãÎÑíÏåãäÇæá ÔÎÕ ãÝÑÏ2ème personne du singulierTu as acheté- ÇíÎÑíÏåÊæÏæã ÔÎÕ ãÝÑÏ3ème personne du singulierIl/Elle a acheté- ÇÓÊÎÑíÏåÇæÓæã ÔÎÕ ãÝÑÏ1ère personne du plurielNous avons acheté- ÇíãÎÑíÏåãÇÇæá ÔÎÕ ÌãÚ2ème personne du plurielVous avez acheté- ÇíÏÎÑíÏåÔãÇÏæã ÔÎÕ ÌãÚ3ème personne du plurielIls/Elles ont acheté- ÇäÏÎÑíÏåÂäåÇÓæã ÔÎÕ ÌãÚ
Ces formes sont surtout littéraires. Dans la langue familière, la finale du participe passé se contracte avec l’enclitique( les formes : 1ère personne singulière : -am et 3ème personne pluriel : -an[d] de la copule verbale enclitique peuvent se contracter avec un â ou un e final ; Ex : ÔÑãäÏã ÔÑãäÏå Çã æ) de telle sorte que, sauf à la troisième personne singulière, où le résultat est : xaride ÎÑíÏå , les formes du parfait se confondent avec celles de prétérit : xaridam, xaridi… ÎÑíÏã¡ ÎÑíÏí; elles en restent néanmoins distinctes par l’accentuation : prét. Xar’idam ÎÑíÏã, parfait xarid’eam ÎÑíÏå Çã .
Dans la langue littéraire, au lieu de xaride-ast ÎÑíÏå ÇÓÊ , on emploie fréquemment aussi xaride ÎÑíÏå.
Emploi de ãÇÖí äÞáí
Le parfait exprime une action achevée dans le passé, en impliquant une référence au présent : le résultat de cette action est envisagée au point de vue du présent. Il a donc en quelque sorte deux faces, l’une tournée vers le passé, l’autre vers le présent ; selon que l’une ou l’autre est mise en relief, il a deux séries d’emploi bien distinctes :
A) Comme parfait proprement dit, il exprime le résultat présent d’une action achevée dans le passé :
Persan : ÂãÏå ÇÓÊ
Français : Il est venu. Il est arrivé. Il est là.
Persan : ÇÏÑ ÒÏå ÇäÏ æ ÇãÔÈ ÑÇ ÂäÌÇ ãí ãÇääÏ
Français : ils ont planté la tente et resteront là cette nuit.

Le parfait s’oppose au prétérit, qui indique soit purement et simplement que l’action a eu lieu dans le passé sans référence au présent, soit que l’action s’est accomplie à l’instant même. Dans les deux premiers exemples ci-dessus, âmad ÂãÏsignifie soit qu’il est venu à un certain moment du passé (dans un récit) : ” il vint “, soit qu’il est arrivé à l’instant : ” le voilà ” ; de même tamâm ?od ÊãÇã ÔÏ , signifierait que le travail en question a été achevé à un certain moment du passé : ” fut achevé “, soit qu’on l’a fini à l’instant même : ” c’est fini “.
B) Dans les emplois suivants, le parfait réfère à une action passée avec une nuance particulière.
1) Action passée connue par le rapport d’autrui :
Persan : ääå ÑÝÊå Ïã ÏÑ. Çæ ÝÊå: ÇßÈÑ ßÌÇÓÊ¿ ääå ÝÊå: ãÑÎÕí ÑÝÊå. ÈÚÏ ÂŽÇäå ÑÓíÏå : ÂÞÇ åÓÊ¿ ÝÊå : Èáå. ÈÚÏ ÂŽÇäå ÑÝÊå Çæä ØÑÝ ÒíÑ äÇÑ Çí ÎíÇÈæä æÇÓÊÇÏå. ÈÚÏ ßå ääå ÇæãÏ Èå ãä ÝÊ¡ ãä íæÇÔßí ÑÝÊã Êæ ÈÇÛ
Français : ” Nané est allée à la porte. Lui (l’agent de police) a dit : Où est Akbar ? Elle a dit : Il est parti en congé. Alors l’agent a demandé : Monsieur est là ? Elle a dit : Oui. Il a dit : Il est réveillé ? Nané a dit : Oui. Alors l’agent est allé de l’autre côté se planter (litt. S’est planté) sous le platane au bord de l’avenue. Ensuite quant Nané est venue me dire (litt. m’a dit) ça, je suis allée tout doucement dans le jardin… “
Ce récit qui est simplement en langue parlée, est extrait d’un dialogue de comédie. L’emploi du parfait dans la première partie (rafte, gofte, gofte, porside, gofte, gofte, gofte, rafte, vâ-ssâde) indique qu’il s’agit de ce que le personnage qui parle (une femme) a appris du personnage nommé Nané. En revanche les verbes suivants (umad, goft, raftam) sont au prétérit : ils énoncent les faits connus du personnage par expérience directe.
Ex :
Persan : ÈäÇ Èå ÈÇãÏÇÏ ãíÑÒÇ ÍÈíÈ ÏÑ ÓÇá 1303 (åÌÑí ÞãÑí) ÊÑÌãå ÍÇÌí ÈÇÈÇ ÑÇ Èå ÇäÌÇã ÑÓÇäíÏå ÇÓÊ
Français : Selon Bâmdâd, Mirzâ Habib a achevé (litt. mené à fin) la traduction de Hâji Bâbâ en 1303 (de l’héjire, [calendrier lunaire].
2) Inférence :
Ex :
Persan : ÔÈ ÈÇÑæä ÇæãÏå.
Français : Il a plu cette nuit.
(On voit au matin le sol et les toits mouillés)
Persan : ÊÇ ßí ÏÑ Îæäå ÈÇÒ ÈæÏ¿ -ãä ÎæÏã ßå ÊÇ ÓÇÚÊ Ïå ÈíÏÇÑ ÈæÏã¡ ÏíÏãÔ ÑÇå ãíÑÝÊ¡ áÇÈÏ ÊÇ ÕõÈ ÈæÏå
Français : Jusqu’à quand est-il resté (litt. a-t-il) à la porte ? -Moi-même je suis restée éveillée jusqu’à dix heures, je l’ai vu marcher : sûrement il est resté jusqu’au matin.
(Ayant vu le personnage en question devant la porte le soir et le matin, on conclut qu’il y resté toute la nuit.)
Persan : ÔÊÑí ßå Ô㠁ÇáÊæí ãÑÇ Êåíå ÏíÏå ÍÊãÇ Èå ÈíãÇÑí ÇÑí ãÈÊáÇ ÈæÏå ÇÓÊ
Français : Le chameau qui a fourni le poil de mon pardessus souffrait sûrement de la gale.
(D’après l’aspect du pardessus)
3) Rétrospective :
Ex :
Persan : ÈÇ Ôã åÇí ÈÓÊå ÈíÏÇÑ ÈæÏ æ Èå ÎÇØÑ ÏÇÔÊ ßå äÏ áÍÙå íÔ Ôã åÇíÔ ÑÇ ÔæÏå ÇÓÊ
Français : Les yeux fermés, il était éveillé et il se rappelait que quelques instants plus tôt il avait (litt. a) ouvert les yeux.
Persan : ÚÌÈ ÏäíÇ ÝÑÇãæÔßÇÑå! ãä ÈÇ ãÑÍæã ÇÈæí ÊÇä ÈÒѐ ÔÏå Çã¡ æ ÓÇáåÇ ãíÐÔä ßå åãÏíÑ ÑÇ äÏíÏå ÈæÏíã
Français : Comme ce bas monde est oublieux ! j’ai grandi avec votre défunt père, et il y avait des années que nous ne nous étions vus.
Les emplois indiqués sous les numérotés 1 et 2 relèvent de la catégorie qu’on appelle en linguistique le médiatif ; l’emploi n° 3 doit plutôt être considéré comme expérienciel. Ils ont en commun de comporter, outre la mention des faits passés, une référence abstraite à la prise de connaissance ou de conscience de ces faits (par ouï-dire, observation des conséquences, remémoration) : cette référence abstraite introduit une distance entre le locuteur et les évènements rapportés. C’est par là que le parfait dans ces emplois s’oppose au prétérit, qui mentionne les faits purement et simplement.
Les différences et les ressemblances


پاسخ دهید